Errata : Elisabeth BEYER

Bon cousin Didier,
Il semble qu’il y ait une erreur dans l’ascendance de Elisabeth BEYER (ou BAYER) qui s’est mériée en 1721. Elle ne peut donc être la fille de Laurent BEYER.
J’avais repris ces données dans ma généalogie sans m’en apercevoir et un internaute, Marc Siegwald, vient de me signaler ce qui semble bien être une erreur.
Bien amicalement

P.S.: je ne me rappelle plus si je t’ai donné mes nouvelles adresses ainsi que celle de mon site. Les voici: generauvia@@free.fr http://generauvia.free.fr

Stéphane VIALATTE

Snif !! .. Cette corection me fait perdre quelques cousins : Maguy PELLEGRINO

Errata : STREBLER à Mertzwiller

Salut Didier,
J’ai relevé une erreur dans la généalogie des Strebler !
En effet le Strebler jean baptisé le 23 juillet 1780 n’est pas le fils de Strebler Jean et de Illdis Catherine, en plus il se prénomme Jean Michel. Et ce n’est pas lui qui s’est marié avec Meyer Catherine !

Le Jean Strebler qui s’est marié le 6/8/1798 à Mertzwiller avec Meyer Catherine est né le 24/11/1777 à Mertzwiller Fils de Strebler Jean et de Illdis Catherine et il est décédé le 29/9/1819 à Mertzwiller.

Quand à Jean Michel Strebler qui est né le 23/7/1780 à Mertzwiller que tu as marié avec Catherine Meyer. Bien que cela figure dans l’acte de Baptême n’est pas le fils de Jean Strebler et Catherine Illdis pour trois raisons:
1) Johannes Strebler le mari de Illdis Catherine est décédé le 15 Mars 1777 à Mertzwiller.
2) La soit disante mère est remariée avec Jean Michel Rickel depuis le 22/9/1778 à Mertzwiller.
3) L’acte est signé par « Hans Georg Strebler Pater » Hans Georg Strebler est le frère de ce Jean Strebler ils s’est marié le 26/1/1768 avec Madeleine Illdis qui est aussi la soeur de Catherine Illdis.

On peut en déduire que les vrais parents de Jean Michel Strebler né le 23/7/1780 sont: Johannes Georgius Strebler et Magdalena Illdis.
Le curé Roussel qui à paraphé l’acte, avait peut être fêté l’évènement avant de l’inscrire dans le registre. D’ailleurs il était coutumier de ce genre d’erreurs.

Bien amicalement
Gérard Busser

Errata : WOLLENSCHLAGER, WOLLSCHLÄGER

  • 23 septembre 1735 au lieu de 23 septembre 1737 pour la date de naissance de éva WOLLENSCHLAGER qui en fait s’appelle éva WOLLSCHLÄGER
  • DEBES Marcellus donc Marcel (et pas Martzolf) est décédé le 18.2.1735 et non le 1.2.1735
  • DEBES Jacques s’est marié le 22.11.1672 à Wingersheim et pas le 2.11.1673
  • Wollschäger Jean s’est marié à Barbara le 28.6.1651 à Mittelhausen

Merci à Guy DIRHEIMER

Errata : Michel GARNIER

Anny RIPP me signale une erreur

Bonjour,

J’ai abouti à votre site à plusieurs reprises lors de mes recherches et je me permets de vous signaler une erreur, que j’ai d’ailleurs constatée sur des sites d’autres généalogistes.

Il s’agit de notre ancêtre commun Michel GARNIER, prévôt de Huttendorf.

Il a épousé le 21 janvier 1644 à Haguenau Catherine SCHONGEHL, fille de feu Berthold, notaire à Haguenau. Michel G. est dit de « Thrésino » ( ?), sergent de la garnison (de Haguenau).

Dans l’acte de mariage du 18 juillet 1655 à Huttendorf avec Agathe (VOLTZ), veuve de Christian BIRCKEL prévôt de Huttendorf (+ 8.5.1655), il est dit « d’Alançon en France » et résidait à Bossendorf.

Dans son inventaire de décès du 1.6.1672 sont énumérés six enfants, avec une mention « nés du premier mariage avec feue Catherine SCHONGEHL ». La veuve est Agathe. Je n’ai pas, pour l’instant, trouvé trace des actes de naissance des enfants (peut-être Bossendorf, mais il n’y a pas de RP).

Michel GARNIER n’a pas contracté de 3e mariage avec Louise BERTIN en 1668 : l’acte de baptême du 16.12.1668 à Uhlwiller de Michel, fils de Jean ROULI, cabaretier d’Ohlungen et de Pierrette PETIT, mentionne « Michel GARNIER de Huttendorf avec Louise BERTIN » en tant que parrain et marraine de l’enfant.

Je pense qu’il y a eu erreur de lecture d’un généalogiste et que cette erreur a été reprise par d’autres.

Je suis à votre disposition pour tous renseignements complémentaires.

Anny RIPP – membre du CGA

Généalogie familiale assemblée avec celles publiées par de nombreux cousins