Un jeune Alsacien dans la tourmente de la guerre – Histoire d’un Malgré-Nous

Le livre de mon père, Albert OTT, est sorti:

Un jeune Alsacien dans la tourmente de la guerre

Il raconte son amour de l’Alsace, de la France, dans sa prime jeunesse à Surbourg, Saverne, Thannenkirch, puis les années difficiles en Pologne et en Allemagne. En effet, en octobre 1943, suite à une dénonciation, toute la famille fut transplantée à Breslau (Wroclaw).
Heureusement, quelques mois plus tard, un ami de son père réussit à dévier le chemin tracé par le système hitlérien. Après Breslau, ce fut Rastatt, Fribourg, Unterjoch .. d’autres villes où Albert frôla la mort.
Son frère Georges, également incorporé de force, eut moins de chance et mourut en Pologne en janvier 1945.

A noter, son jeune frère, Claude, a aussi raconté une partie de ses souffrances dans “Je n’étais qu’un enfant”.  A l’âge de 13 ans, il a été envoyé creuser des tranchées en Lorraine. Un témoignage de Malgré-Nous.

A découvrir et commander sur http://albert.ott.fr

Recherche quelque survivant ayant rencontré Jean-Hans GEIER

Une lectrice du livre de mon père écrit :

Ce livre pourrait-il m’ouvrir des portes concernant ma propre histoire ? :
Peut-être reste-t-il quelque survivant qui aurait pu croiser mon père Jean-Hans Geier (né à Truchtersheim en 1908, élevé à Strasbourg) incorporé en Moldavie en 40 (cf. documents Wast), dont on a perdu la trace de son régiment à Husi en Roumanie en 44 et qui a la surprise de tous, libéré des mines de Sel en Sibérie (mais laquelle ou lesquelles, et où ?) est venu mourir en 1948 chez ses parents à Constance des séquelles de son incarcération en Sibérie. Est-il passé par Tambov ? A-t-il fait route vers l’Ukraine ? etc ?

Toute information sera la bienvenue. M’écrire, je transmettrai.