Archives par mot-clé : malgré nous

Histoire de France – Annexion de l’Alsace – Malgré Nous

Jean-Laurent Vonau, professeur émérite de la faculté de droit de Strasbourg, souhaite réagir au dossier sur les Malgré-nous dans les manuels scolaires publié dans les DNA du 2 avril. Il a notamment adressé un courrier à Michel Lussault, président du Conseil supérieur des programmes.

« Il est normal que vous laissiez les enseignants composer les programmes, et naturellement, on ne peut pas “entrer dans le débat de chaque spécificité historique” ni prendre en compte “toutes les modulations locales et territoriales de l’histoire générale”. Cela va de soi !

Cependant, il me semble qu’il est primordial que le programme et les différentes thématiques correspondent à la réalité historique. Ainsi, votre entrée thématique s’avère trop générale, tellement réductrice qu’elle ne correspond pas au vécu institutionnel des personnes concernées. Lorsqu’on considère que l’histoire de la Seconde Guerre mondiale pour la France se borne à l’étude de “la France défaite et occupée, du régime de Vichy, de la collaboration et de la Résistance”, il est évident que l’on occulte volontairement ou involontairement un événement de première importance qui est l’annexion à l’Allemagne d’une partie du territoire national. Il n’y a pas qu’une France libre et une France occupée après le 22 juin 1940, il y a en plus une France annexée de fait.

Ainsi, en Moselle, dans le Bas-Rhin et le Haut-Rhin, entre juillet 1940 et novembre 1944, il n’y a plus aucune autorité française. Cette situation est une atteinte profonde à la souveraineté française. On est loin d’un événement local.

Dès lors, il devient normal de parler de l’incorporation de force dans l’armée allemande de ressortissants français, ce qui constitue non seulement un crime de guerre mais également un crime contre l’humanité puisqu’on y appliquera des critères raciaux. »

Surbourg – In Memoriam

Plaques commémoratives de la chapelle Notre-Dame des Tilleuls

 Sur la D 264 à la sortie de Surbourg en direction de Soultz-sous-Forêt –

3 plaques

« Surbourg à ses enfants victimes des deux guerres 1914-1918 et 1939-1945 »

source  : http://www.acam-memorial.org/gallery3/index.php/67/70555

voir aussi

http://www.memorial-genweb.org/~memorial2/html/fr/resultcommune.php?insee=67487&dpt=67&idsource=70555&table=bp&maxligne=102

Un jeune Alsacien dans la tourmente de la guerre – Histoire d’un Malgré-Nous

Le livre de mon père, Albert OTT, est sorti:

Un jeune Alsacien dans la tourmente de la guerre

Il raconte son amour de l’Alsace, de la France, dans sa prime jeunesse à Surbourg, Saverne, Thannenkirch, puis les années difficiles en Pologne et en Allemagne. En effet, en octobre 1943, suite à une dénonciation, toute la famille fut transplantée à Breslau (Wroclaw).
Heureusement, quelques mois plus tard, un ami de son père réussit à dévier le chemin tracé par le système hitlérien. Après Breslau, ce fut Rastatt, Fribourg, Unterjoch .. d’autres villes où Albert frôla la mort.
Son frère Georges, également incorporé de force, eut moins de chance et mourut en Pologne en janvier 1945.

A noter, son jeune frère, Claude, a aussi raconté une partie de ses souffrances dans « Je n’étais qu’un enfant ».  A l’âge de 13 ans, il a été envoyé creuser des tranchées en Lorraine. Un témoignage de Malgré-Nous.

A découvrir et commander sur http://albert.ott.fr

Recherche quelque survivant ayant rencontré Jean-Hans GEIER

Une lectrice du livre de mon père écrit :

Ce livre pourrait-il m’ouvrir des portes concernant ma propre histoire ? :
Peut-être reste-t-il quelque survivant qui aurait pu croiser mon père Jean-Hans Geier (né à Truchtersheim en 1908, élevé à Strasbourg) incorporé en Moldavie en 40 (cf. documents Wast), dont on a perdu la trace de son régiment à Husi en Roumanie en 44 et qui a la surprise de tous, libéré des mines de Sel en Sibérie (mais laquelle ou lesquelles, et où ?) est venu mourir en 1948 chez ses parents à Constance des séquelles de son incarcération en Sibérie. Est-il passé par Tambov ? A-t-il fait route vers l’Ukraine ? etc ?

Toute information sera la bienvenue. M’écrire, je transmettrai.